En Equateur, la coopération scientifique est soutenue par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA), en partenariat avec plusieurs universités, instituts de recherche et organismes publics en Equateur. Un accord cadre de coopération lie également la SENESCYT et le CNRS depuis 2012.

Outre la coordination de projets de recherche et la publication d’articles scientifiques, l’IRD et l’IFEA contribuent activement à la formation d’étudiants et de jeunes chercheurs équatoriens dans le cadre de missions d’enseignement et la direction de projets de thèse en Equateur et dans les laboratoires en France.

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

L’Institut de recherche pour le développement (IRD) est un organisme français de recherche, original et unique dans le paysage européen de la recherche pour le développement.

Privilégiant l’interdisciplinarité, l’IRD centre ses recherches, depuis plus de 65 ans, sur les relations entre l’homme et son environnement en Afrique, Méditerranée, Amérique latine, Asie et dans l’Outremer tropical français. Ses activités de recherche, de formation et d’innovation ont pour objectif de contribuer au développement social, économique et culturel des pays du Sud.

L’IRD, présent en Équateur depuis 1974, mène des programmes scientifiques en coopération avec diverses institutions locales dans des domaines très variés. Actuellement un accent particulier est mis sur les thèmes liés à l'environnement.

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) coordonne des programmes scientifiques en Equateur dans le cadre des programmes Pilotes Régionaux (PPR) : « Dynamiques environnementales, ressources et sociétés en Amazonie » (AMAZ) et « Risques, Vulnérabilité et Impacts dans les Andes » (RIVIA) :

- Programme de recherche en Sismologie et Vulcanologie dans le cadre du Laboratoire Mixte International (LMI) « Séismes et Volcans » en partenariat avec l’Institut de Géophysique de l’EPN, le laboratoire « Magmas et Volcans » (Clermont-Ferrand), l’Institut des Sciences de la Terre « ISTerre » (Grenoble) et le laboratoire Géoazur (Université de Nice Sophia Antipolis). Ce LMI développe plusieurs programmes portant sur la géomorphologie, la tectonique, la géodésie, la sismologie, la géophysique marine (ATACAMES), la volcanologie, la pétrologie et la géochimie.

- Programme de recherche sur l’impact du Changement climatique sur les glaciers dans le cadre du LMI « Greatice » en collaboration avec l’EPN, l’INAMHI, l’EPMAPS et deux UMR en France (HSM et LTHE). Ce LMI développe le programme Glaciers, páramos et ressources en eau dans les Andes tropicales.

- Programme de recherche dans le cadre de la Jeune Equipe Associée Internationale (JEAI) spécialisée sur l’Epidémiologie Moléculaire et l’étude de la maladie du chiagas en partenariat avec la PUCE et l’UMR MIVEGEC

- Programme de recherche « MONOIL » sur l’impact socio-environnemental de l’activité pétrolière en Equateur en partenariat entre le Ministère de l’Environnement (PRAS), EP-Petroecuador, PetroAmazonas, un consortium de 6 universités équatoriennes (EPN, FLACSO, PUCE, UCE, USFQ, Université de Guayaquil) et plusieurs UMR en France (GET, HSM, EPOC, GEOD). Ce programme multidisciplinaire dispose de composantes environnementales (hydrogéochimie, pédologie, biologie, écotoxicologie), humaine et sociale (sociologie, géographie, épidémiologie sociale)

- Programme de recherche sur la biodiversité dans les Andes et Yasuni en partenariat entre la PUCE et l’Unité de recherche de l’IRD BEI. Ce programme inclut 3 projets : Impact du retrait glaciaire sur la biodiversité aquatique de ruisseaux hauts-andins ; Rôle fonctionnel de la diversité des communautés d'insectes dans la parcelle forestière de 50 ha de la station de recherche Yasuní ; Contrôle intégré des ravageurs de cultures et changements climatiques dans les Andes tropicales

- Programme de recherche sur l’Hydrogéodynamique du bassin Amazonien et des fleuves Côtiers en partenariat avec l’INAMHI et plusieurs UMR (INSU, HSM Montpellier, GET Toulouse, ORE HYBAM)

- Programme de recherche sur les tsunamis en partenariat entre l’INOCAR, l’ESPOL et plusieurs laboratoires français (CR-IRD, Geoazur)

- Programme de recherche en archéologie en partenariat entre l’Institut National de Patrimoine Culturel (INPC), le Musée de la Banque Centrale, la PUCE, l’UTPL, la Mairie de Palanda et l’UMR Patrimoines Locaux.

- Programme de recherche sur les palmiers néotropicaux en partenariat avec la PUCE, l’UMR DIADE et AMAP

L’Institut Français d’Etudes Andines (IFEA)

Créé en 1948, l'IFEA est un établissement de recherche pluridisciplinaire relevant conjointement du CNRS et du Ministère des Affaites Etrangères. Il contribue au développement et à la diffusion des connaissances scientifiques sur les sociétés et les milieux andins. Ses actions de coopération portent sur une aire comprenant la Bolivie, la Colombie, l'Équateur et le Pérou. Son siège est basé à Lima.

En Equateur, la coopération de l’IFEA s’articule à trois niveaux

- Le développement de la recherche scientifique (notamment à travers le projet de recherche archéologique de Zulay)

- La diffusion de la connaissance à travers des activités de formation au niveau universitaire (FLACSO-Equateur, ESPOL, PUCE)

- La diffusion scientifique, à travers de nombreuses publications et l’organisation de Congrès, à l’instar de la 3e Rencontre Internationale d’Archéologie Amazonienne organisée en partenariat avec la FLACSO (septembre 2013)

Coopération non-gouvernementale

L’Association Vétérinaires et Agronomes Sans Frontières (AVSF) coordonne une série de projets de recherches dans le cadre du projet de «marché paysans» au niveau andin, en lien avec le Centre de Recherche Rural de l’Ecole Supérieure Polytechnique du Littoral (ESPOL,, Guayaquil), la Faculté d’Agronomie de l’Université Centrale de l’Equateur (UCE, Quito), l’Institut National de la Recherche en Agronomie (INRA) et le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD).

Pour plus d'information, cliquez ici.